Archives du mot-clé veraison

PHENOLOGIE 2013 au 7 AOUT ( groupe ICV)

Phénologie 2013 : Un vieux tube des années 80

IMG_0036

Depuis le début, 2013 se caractérise par un retard marqué sur 2012, sans aucune

comparaison possible avec les 20 dernières années. Il faut remonter aux années 80

pour retrouver des cycles phénologiques comparables

Etat agronomique mitigé

 Le rendement est plus élevé qu’en 2012, mais pas forcément aussi élevé

qu’en 2011. L’estimation globale est particulièrement difficile car on assiste à des

phénomènes très contradictoires

- Une sortie exceptionnellement élevée (+ 20 % par rapport à 2012 selon les

comptages réalisés par l’ICV Nîmes) est généralement signe de grosse récolte

Mais

1. une coulure très importante, voire exceptionnelle sur Grenaches notamment

dans le Gard et en Vallée du Rhône, et beaucoup de millerandage sur Merlot et

Marselan, notamment sur les vignes taillées en Guyot (à gros rendement visé)

2. un nombre de grappes très variable sur Syrah, sur certaines parcelles à gros

rendement

3. Un état sanitaire incertain, d’autant plus qu’il faudra désormais attendre fin

Septembre ou Octobre pour vendanger

 IMG_0045

Etat sanitaire très variable:

1. de nombreux dégâts d’oïdium

2. des attaques de Botrytis très précoces (dès le début de la véraison des grappes) sur les Chardonnay et

sur les parcelles à grosses grappes compactes. Les dégâts évoluent peu actuellement, mais la

fréquence est parfois élevée (de 10 à 100 % des grappes). Le littoral est particulièrement concerné,

mais ces dégâts s’observent dans de nombreuses autres situations

3. Une deuxième génération de vers particulièrement agressive, générant de nombreux dégâts sur les

parcelles mal protégées et/ou en secteur sensible. La 3ème génération commence à peine (début des

éclosions sur les secteurs précoces).

4. une présence de mildiou diffuse, mais assez actif dans certains secteurs (vallée du Rhône)

les vignes sont dans l’ensemble encore poussantes. Les premiers symptômes de rationnement hydriques

apparaissent tardivement (début août)

- Sur sols à bonnes réserves : excellent état végétatif dans l’ensemble (surtout là où il a plu les 5 et 6/8)

- Sur sols superficiels : premiers signes de rationnement apparus fin Juillet,

2013 : Un retard de maturité sans équivalent dans les annales de l’Observatoire du Millésime

ETAT DU VIGNOBLE : CONCLUSION

· Le retard pris à la floraison s’est maintenu voire accentué : 10 – 15 jours de retard à

la véraison.

· Un retard de maturité d’un niveau inconnu depuis vingt ans : retour aux cycles des

années 80 (aoutement en août) avec plus de 2 à 3 semaines sur 2012 ou 2011, 10

jours de retard sur 2004 ou 1999

….

· Groupage Syrah, Chardonnay, Sauvignon : à confirmer

· Etat sanitaire menaçant au vignoble : oïdium fréquent, présence très précoce de

botrytis dès la véraison, 2ème génération d’eudémis plutôt agressive, 3ème génération

en cours

· Difficile de se prononcer sur le poids des baies ou l’acidité, car nous ne disposons pas

de référence à ce stade de maturité. Il faudra attendre les prochains contrôles de

maturité

UN POINT SUR LE MILLESIME 2012( federation des vins de chateauneuf du pape)


Alors que la température de ce jour va à nouveau flirter avec les 35°C, les données météorologiques de ces derniers mois font clairement apparaitre que le printemps et le début de l’été 2012 se situent dans la moyenne des trois dernières années, et ressemblent assez fortement à ceux de l’année 2010. La vallée du Rhône méridionale bénéficie donc de conditions météorologiques que l’on peut qualifier d’ « exceptionnelles » eut égard au reste de la France qui souffre d’un manque de chaleur et de trop de pluies.

Sur la période de référence (début avril – fin juillet), les températures moyennes s’établissent à 13°C pour les minimales et à 24.7 °C pour les maximales. Sur les deux derniers mois il n’est aussi tombé que 52 mm d’eau sur l’appellation Châteauneuf-du-Pape, ce qui rapproche l’année 2012 de l’année 2010. Pareillement pour l’insolation qui s’établit à 1150 heures sur les quatre derniers mois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le vignoble cela se traduit par un état sanitaire parfait, une pression faible voire nulle en maladies cryptogamiques. Les grappes sont lâches et aérées, la véraison atteint les 80 % sur les syrah et a bien commencé sur les autres cépages. Au niveau des rendements, ils semblent se situer aux alentours des 32/33 hl par hectare, légèrement en dessous du maximum fixé par le cahier des charges de l’appellation (35 hl/ha). Ils demeurent donc parmi les plus faibles de France pour la catégorie des vins tranquilles.


SITUATION GENERALE DU VIGNOBLE DES COTES DU RHONE MERIDIONALES (Institut Rhodanien)


Début des vendanges

Depuis le dernier prélèvement, les fortes    chaleurs, ont eu une influence significative  et sélective sur les paramètres analytiques.

Le poids moyen des 200 grains se stabilise,    la moyenne des degrés progresse de 1.30%    vol, la chute des acidités totales (-0.89g/l)

correspond à la dégradation de l’acide    malique (-1.17 g/l, dégradation accentuée    par les fortes chaleurs diurnes), l’acide    tartrique diminue

normalement (-0.59 g/l)

 

 

 

 

les teneurs en potassium continuent à    progresser (+121 mg/l), les teneurs en    azote assimilable sont stables.

Les teneurs en CPT et Anthocyanes     stagnent globalement.

Néanmoins suivant les secteurs on note de    grandes disparités. Dans les secteurs   gardois la progression est faible, tandis que

dans les zones vauclusiennes et drome sud    elle est stable voir diminue quelque peu.

Toutefois il est à noter que les valeurs    moyennes observées pour ces 2 deux    paramètres à dates comparables sur la

décennie passée, restent des valeurs   élevées (seul 2007 présente une teneur en     anthocyanes su

périeur, 1.42g/kg contre

1.29 g/kg en 2011).

La récolte des raisins blancs a commencé,    les syrahs et les grenaches doivent retenir   toute l’attention des vignerons, mais doivent atendre.

L’état sanitaire est stable mais requiert      toute la vigilence des vignerons.

SITUATION DU VIGNOBLES AU 18 AOUT institut rhodannien

Confirmation d’un millésime plutôt précoce

Depuis le dernier prélèvement, des conditions météorologiques très favorables ont permis l’évolution rapide du vignoble qui se traduit par une augmentation importante de la richesse en sucre (+1.70 % vol en moyenne sur Gard Vaucluse tous cépages confondus), et une diminution notable des acidités totales (-1.25 g/l en moyenne sur les mêmes secteurs) qui s’explique par la dégradation de l’acide malique dans le raisin (-1.42 g/l) due aux fortes chaleurs de ces derniers jours. Actuellement l’avancement du vignoble est sensiblement identique aux millésimes 2009, 2007 et 2003 (variabilité de 2 à 3 jours).

Le poids des 200 grains est stable, la teneur en Composés phénoliques totaux est la plus importante de ces dix derniers années à date équivalente (8.73 g/Kg soit +1.54 g/Kg par rapport à la moyenne décennale), la teneur en anthocyanes est également supérieure à la moyenne décennale (1.27g/Kg  soit +0.28 g/Kg par rapport à la moyenne).

Les teneurs en azote assimilable sont légèrement inférieures à la moyenne, la supplémentation des moûts devra être gérée avec une attention particulière pour éviter des fermentations languissantes.

Toutes ces données augurent d’un millésime équilibré et généreux.

OBSERVATION VIGNOBLE SUR VENTOUX LE 18 AOUT

Le millésime était annoncé comme très précoce du fait du printemps chaud et sec mais les conditions météo de juillet ont freiné cette avance. La météo actuelle favorise de nouveau une maturation rapide.

La véraison a marqué un ralentissement de croissance de la végétation. Toutefois, certaines parcelles sont encore en croissance active car les sols sont encore frais.

Grenache

Par rapport à l’an passé, les Grenache ont peu coulé. On observe même fréquemment des grappes assez compactes. La charge en raisin est globalement plus élevée que l’an passé. Certaines parcelles présentent de nombreux entassements de grappes. A noter quelques parcelles touchées par le mildiou (rot brun) qui a entraîné ponctuellement des pertes de récoltes.

La véraison, est plus avancée que l’an passé mais reste variable selon les secteurs et surtout la charge en raisin.

Syrah

Les Syrah du référentiel sont totalement vérées. L’an passé, à même date aucune ne l’était à 100%. La véraison a été rapide et homogène. Sur les parcelles équilibrées, les pulpes de raisin commencent déjà à être aromatiques et les pépins sont déjà bruns.

Les rendements semblent meilleurs que l’an passé.

 

Etat sanitaire

Sur les parcelles sensibles (vigoureuses, mal ventilées…) le mildiou reste très actif sur les jeunes pousses. Les attaques d’oïdium sont relativement rares sur Grenache comme sur Syrah.

Cette année, des foyers de botrytis ont été détectés assez tôt sur les Grenache chargés, à grappes compactes ou vigoureux mais aussi sur Syrah. Sur certaines percelles le Botrytis s’est développé sur les perforations de la deuxième génération de vers de grappe.

Les foyers ne sont pas toujours bien visibles : on les détecte souvent à l’arrière des grappes au niveau des entassements de grappes ou sous les végétations abondantes.

 Conclusion générale

L’avance du millésime se situe aux alentours d’une semaine mais, du fait de l’avance des maturités aromatiques, les objectifs rosés pourraient être atteints avec un peu plus d’avance.

Dans certains cas, la situation sanitaire est instable. Il est impératif de suivre l’état sanitaire. Sur les parcelles vigoureuses à feuillage épais ou retombant, un rognage raisonné permet une meilleure ventilation de la zone des grappes. Il n’est pas trop tard pour effeuiller et/ou éclaircir notamment pour les parcelles où une maturité avancée est recherchée.

 

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur le potentiel qualitatif du millésime. Les prochaines analyses et dégustations de baies permettront de le préciser.