Archives du mot-clé ICV

PHENOLOGIE 2013 au 7 AOUT ( groupe ICV)

Phénologie 2013 : Un vieux tube des années 80

IMG_0036

Depuis le début, 2013 se caractérise par un retard marqué sur 2012, sans aucune

comparaison possible avec les 20 dernières années. Il faut remonter aux années 80

pour retrouver des cycles phénologiques comparables

Etat agronomique mitigé

 Le rendement est plus élevé qu’en 2012, mais pas forcément aussi élevé

qu’en 2011. L’estimation globale est particulièrement difficile car on assiste à des

phénomènes très contradictoires

- Une sortie exceptionnellement élevée (+ 20 % par rapport à 2012 selon les

comptages réalisés par l’ICV Nîmes) est généralement signe de grosse récolte

Mais

1. une coulure très importante, voire exceptionnelle sur Grenaches notamment

dans le Gard et en Vallée du Rhône, et beaucoup de millerandage sur Merlot et

Marselan, notamment sur les vignes taillées en Guyot (à gros rendement visé)

2. un nombre de grappes très variable sur Syrah, sur certaines parcelles à gros

rendement

3. Un état sanitaire incertain, d’autant plus qu’il faudra désormais attendre fin

Septembre ou Octobre pour vendanger

 IMG_0045

Etat sanitaire très variable:

1. de nombreux dégâts d’oïdium

2. des attaques de Botrytis très précoces (dès le début de la véraison des grappes) sur les Chardonnay et

sur les parcelles à grosses grappes compactes. Les dégâts évoluent peu actuellement, mais la

fréquence est parfois élevée (de 10 à 100 % des grappes). Le littoral est particulièrement concerné,

mais ces dégâts s’observent dans de nombreuses autres situations

3. Une deuxième génération de vers particulièrement agressive, générant de nombreux dégâts sur les

parcelles mal protégées et/ou en secteur sensible. La 3ème génération commence à peine (début des

éclosions sur les secteurs précoces).

4. une présence de mildiou diffuse, mais assez actif dans certains secteurs (vallée du Rhône)

les vignes sont dans l’ensemble encore poussantes. Les premiers symptômes de rationnement hydriques

apparaissent tardivement (début août)

- Sur sols à bonnes réserves : excellent état végétatif dans l’ensemble (surtout là où il a plu les 5 et 6/8)

- Sur sols superficiels : premiers signes de rationnement apparus fin Juillet,

2013 : Un retard de maturité sans équivalent dans les annales de l’Observatoire du Millésime

ETAT DU VIGNOBLE : CONCLUSION

· Le retard pris à la floraison s’est maintenu voire accentué : 10 – 15 jours de retard à

la véraison.

· Un retard de maturité d’un niveau inconnu depuis vingt ans : retour aux cycles des

années 80 (aoutement en août) avec plus de 2 à 3 semaines sur 2012 ou 2011, 10

jours de retard sur 2004 ou 1999

….

· Groupage Syrah, Chardonnay, Sauvignon : à confirmer

· Etat sanitaire menaçant au vignoble : oïdium fréquent, présence très précoce de

botrytis dès la véraison, 2ème génération d’eudémis plutôt agressive, 3ème génération

en cours

· Difficile de se prononcer sur le poids des baies ou l’acidité, car nous ne disposons pas

de référence à ce stade de maturité. Il faudra attendre les prochains contrôles de

maturité

le CHENE BLEU by JAMES MOLESWORTH

Day 9: On the Dark Side of the Moon

Visiting the Southern Rhône’s Chêne Bleu
Posted: Nov 21, 2011 6:00pm ET
Chêne Bleu

Viticulturally speaking, the Rolets’ property at La Verrière is the equivalent of the dark side of the moon. Located on the back side of the Dentelles de Montmirail, its vineyards face north. That, combined with 500 meters and more of elevation, makes it one of the coolest, windiest spots for vines in the Southern Rhône. Here, crop yields are naturally low, and exuberant ripeness plays second fiddle to racy acidity. Despite its proximity to Gigondas (the property’s vines border that appellation, as well as the appellations of Séguret and Beaumes de Venise), the Chêne Bleu wines only earn a modest Vin de Pays de Vaucluse designation, but don’t let that fool you. This was my first visit to this remote property, perched on a knife’s-edge hill behind the town of Le Crestet. My trusty GPS did its job-as did the final words of caution from Nicole Rolet, the estate’s owner, when she gave me directions. « Just stay on the only paved road out of town, and eventually you’ll find us, » she said. Chêne Bleu is a newcomer to the U.S. market; for some brief background, you can reference my introductory blog on them from when I caught up with Rolet in New York earlier this year. The initial releases from the ’06 and ’07 vintages showed unique character, with ripe but sleek profiles and long, suave finishes that let mineral notes hang nicely. The wines showed they were on to something, so I thought I’d check it out first-hand. The estate itself dates back to a 9th century priory that was attached to the monastery in nearby Séguret. It evolved through the centuries into a spot for artisanal glassblowing and silkworm production. Eventually the property went abandoned, though, and while searching for a retreat, Xavier Rolet, whose family has winemaking roots in the Jura, stumbled across the broken-down property at La Verrière. He quickly snapped it up. As the property was being bought back to life, rumors circulated among the locals, who wondered why anyone would want to waste their time with a broken-down estate tucked up on a remote hill. « It was interesting in the beginning, » says Rolet with a laugh. « Rumors were, we were an Arab sheik or Prince Charles or a religious sect or perhaps building a nuclear plant. But eventually as things progressed, we brought more and more people up to see what we had done, and now I think the locals realize it’s not quite so eccentric. »

Photograph of blue-painted oak by James Molesworth

This is not a rare tree species, just an old oak tree that was painted blue after it died, giving its name to the Rolets’ wine label.

Today the 130-hectare estate includes 30 hectares of vines (predominantly Grenache and Syrah, along with Grenache Blanc, Marsanne, Roussanne and Viognier). The Rolets started by vinifying small parcels at the co-op in Vaison-la-Romaine as they experimented with their vines, before eventually building their own winery and then releasing their first commercial vintage in 2006. Benedicte Gallucci (Xavier Rolet’s sister-in-law) handles the vineyards; her husband, Jean-Louis, manages the cellar. They’re helped by consulting winemakers Thomas Oui and Philippe Cambie, who have been with the project since ’01. Winemaker Zelma Long has also been a part of the team, among others, as the Rolets have sought advice from all over for their project. « Zelma [Long] was key, because she broke the vineyards down into small parcels, which was important because we had to figure out the blends first, » says Rolet. « And establishing vineyards here is very difficult because there’s basically no topsoil. We lost all of our 2003 plantings. But we’re on a 25-year plan. « And Philippe [Cambie] has been a big part as well, because he really helped us design a winery that correlates to how we have the vineyards broken down. A winery is a big expense, and you can waste a lot of money building something that winds up having lots of toys but isn’t particularly efficient for the way you want to work. » One thing that stands out amidst the vines on the property is their enlarged canopy zone, needed to maximize photosynthesis with the reduced sun exposure. The majority of the vines are also farmed biodynamically, with conversion of the additional parcels underway. The two reds wines go through a long élevage of more than 20 months in barrel. The initial ’06 vintage was aged entirely in new oak, but that percentage has dropped steadily as the winery has built up its own inventory of barrels (a common occurrence with new wineries that don’t want to take the risk of buying used barrels). The ’06s showed a bit of that overt influence, while the ’07s, aged in two-thirds new oak, took a noticeable step forward, with the purity and freshness that are the hallmarks of wines from the area. There will be no ’08 released under the Chêne Bleu label; the wines return in ’09, aged in just one-third new oak. Currently, less than half the crop is kept for the two main wines with the rest sold off, though that could change in the coming years as the Rolets plan to increase production slowly. I found the ’09s here to be on a level with the ’07s. Both cuvées are vinified and aged in the same manner-the only difference being the blends themselves. « We don’t want a first wine and a second wine, » says Benedicte Gallucci. « We are aiming for one feminine and one masculine expression of what the vineyards have to offer. » The 2009 Vin de Pays de Vaucluse Abélard, made from 90 percent Grenache and the rest Syrah, is the more stylish of the two. It’s dusty-edged, with rich linzer and plum notes at the core and a gorgeous pain d’épicesnote that stretches through the lengthy finish. The 2009 Vin de Pays de Vaucluse Héloïse relies more on Syrah, 65 percent, along with 25 percent Grenache and the rest Viognier. The result is a more powerful wine, with dark currant, fig paste and steeped plum notes framed by anise and graphite and carrying through an equally long but slightly tauter-feeling finish. With the 2010s, the wines really seem to hit their stride, capturing the racy, distinctive acidity of the vintage and sporting gorgeous pure fruit flavors and very long finishes. The 2010 Vin de Pays de Vaucluse Abélardsample is an approximation of the final blend, currently 85/15 Grenache and Syrah. It’s very, very racy, with red currant, violet and Damson plum flavors and a long, sleek finish that has superb cut. Even with its more powerful blend of 65 percent Syrah with 25 percent Grenache and the rest Viognier, the 2009 Vin de Pays de Vaucluse Héloïse is also long and sleek, though it sports darker fig, blackberry and pastis notes that are succulent and enticing. The graphite-edged finish just sails on and on. Both wines show terrific polish, length and precision and are easily the best wines yet from this emerging new estate. While the reds have quickly become special wines, the whites remain a step behind. The 2009 Vin de Pays de Vaucluse White Aliot is made from a blend of 70 percent Roussanne, 25 percent Grenache Blanc and 5 percent Marsanne. It’s plump, with buttered brioche, macadamia nut and creamed melon flavors that are quite tasty. The 2009 Viognier Vin de Pays de Vaucluse is rather Condrieu-like in style, with lush plantain, melon, peach and anise notes and a creamy textured finish. Both whites are vinified in demi-muid, but without new oak. Both are deliciously plump, but don’t quite show the vivid freshness and cut of the reds, with ever-so-slightly blowsy edges. Nonetheless, this remains one of the most exciting new projects to come along in the southern Rhône since I have been covering the region. As an enormous undertaking in an area that is on the viticultural edge, achievements at La Verrière do not come easily. Kudos to the Rolets for taking the chance, and kudos to their team for helping to make it all happen.

LE MILESIME DE L’ETE INDIEN

 

Les vignerons viennent  de rentrer les derniers raisins, ouf !!

Nous avons eu un temps extraordinaire pendant toute la récolte, cela nous a permis de rentrer les raisins au mieux de leur forme.

Pour moi un des millésime les plus éprouvant, la longueur de la récolte, le stress de mal faire, une récolte en permanence liée aux prédiction de la météo.

Il a fallu allez très vite, des la maturité, du travail important en cave pour les vinificateurs, et les vignerons.

Je pense qu’ils mériteront des compliments, car tout le monde a souffert, physiquement et moralement :

Mais dieux merci le résultât devrait être la, je pense que nous allons réussir le millésime ; au delà de nos espérance, on ne peut encore complètement se prononcer, la plupart des raisins étant sous marc, on verra après décuvage et fermentation Malo lactique.

il va faloir finir les vins.

Toutes les productions rhodaniennes ne seront pas au top,Mais je pense que l’on va trouver chez les vignerons méticuleux et amoureux de leurs vignes, des vins riches, charnus et puissant et un tres tres beau milesime.

A+

Il nous faudra attendre, encore 1 à 2 mois  pôur en être sur !!!!!!!!!!!!

SITUATION DU VIGNOBLES AU 18 AOUT institut rhodannien

Confirmation d’un millésime plutôt précoce

Depuis le dernier prélèvement, des conditions météorologiques très favorables ont permis l’évolution rapide du vignoble qui se traduit par une augmentation importante de la richesse en sucre (+1.70 % vol en moyenne sur Gard Vaucluse tous cépages confondus), et une diminution notable des acidités totales (-1.25 g/l en moyenne sur les mêmes secteurs) qui s’explique par la dégradation de l’acide malique dans le raisin (-1.42 g/l) due aux fortes chaleurs de ces derniers jours. Actuellement l’avancement du vignoble est sensiblement identique aux millésimes 2009, 2007 et 2003 (variabilité de 2 à 3 jours).

Le poids des 200 grains est stable, la teneur en Composés phénoliques totaux est la plus importante de ces dix derniers années à date équivalente (8.73 g/Kg soit +1.54 g/Kg par rapport à la moyenne décennale), la teneur en anthocyanes est également supérieure à la moyenne décennale (1.27g/Kg  soit +0.28 g/Kg par rapport à la moyenne).

Les teneurs en azote assimilable sont légèrement inférieures à la moyenne, la supplémentation des moûts devra être gérée avec une attention particulière pour éviter des fermentations languissantes.

Toutes ces données augurent d’un millésime équilibré et généreux.

OBSERVATION VIGNOBLE SUR VENTOUX LE 18 AOUT

Le millésime était annoncé comme très précoce du fait du printemps chaud et sec mais les conditions météo de juillet ont freiné cette avance. La météo actuelle favorise de nouveau une maturation rapide.

La véraison a marqué un ralentissement de croissance de la végétation. Toutefois, certaines parcelles sont encore en croissance active car les sols sont encore frais.

Grenache

Par rapport à l’an passé, les Grenache ont peu coulé. On observe même fréquemment des grappes assez compactes. La charge en raisin est globalement plus élevée que l’an passé. Certaines parcelles présentent de nombreux entassements de grappes. A noter quelques parcelles touchées par le mildiou (rot brun) qui a entraîné ponctuellement des pertes de récoltes.

La véraison, est plus avancée que l’an passé mais reste variable selon les secteurs et surtout la charge en raisin.

Syrah

Les Syrah du référentiel sont totalement vérées. L’an passé, à même date aucune ne l’était à 100%. La véraison a été rapide et homogène. Sur les parcelles équilibrées, les pulpes de raisin commencent déjà à être aromatiques et les pépins sont déjà bruns.

Les rendements semblent meilleurs que l’an passé.

 

Etat sanitaire

Sur les parcelles sensibles (vigoureuses, mal ventilées…) le mildiou reste très actif sur les jeunes pousses. Les attaques d’oïdium sont relativement rares sur Grenache comme sur Syrah.

Cette année, des foyers de botrytis ont été détectés assez tôt sur les Grenache chargés, à grappes compactes ou vigoureux mais aussi sur Syrah. Sur certaines percelles le Botrytis s’est développé sur les perforations de la deuxième génération de vers de grappe.

Les foyers ne sont pas toujours bien visibles : on les détecte souvent à l’arrière des grappes au niveau des entassements de grappes ou sous les végétations abondantes.

 Conclusion générale

L’avance du millésime se situe aux alentours d’une semaine mais, du fait de l’avance des maturités aromatiques, les objectifs rosés pourraient être atteints avec un peu plus d’avance.

Dans certains cas, la situation sanitaire est instable. Il est impératif de suivre l’état sanitaire. Sur les parcelles vigoureuses à feuillage épais ou retombant, un rognage raisonné permet une meilleure ventilation de la zone des grappes. Il n’est pas trop tard pour effeuiller et/ou éclaircir notamment pour les parcelles où une maturité avancée est recherchée.

 

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur le potentiel qualitatif du millésime. Les prochaines analyses et dégustations de baies permettront de le préciser.